Hong Kong

Hong Kong


Agrandir le plan

Bangkok et sa foule, ses buildings démesurés, la nourriture parfois douteuse… tout ça, au bout de 8 mois, on s’y était fait. Et puis en juin on a dû se rendre à Hong Kong pour… disons… des « formalités administratives ». Notre précédente sortie, Kuala Lumpur, nous avait déçus en partie parce que la ville soit disant animée ne tenait pas la comparaison avec Bangkok. C’est donc avec quelques doutes que nous avons pris l’avion…

On est arrivés de nuit à Hong Kong et notre voyage en bus de l’aéroport au centre-ville nous a fait comprendre petit à petit dans quel genre d’endroit on débarquait.

Hong Kong est une ville traversée d’un bras de mer : le continent d’une part (la péninsule de Kowloon) et l’île de Hong Kong d’autre part. Depuis l’autoroute, on voyait de très hautes tours imbriquées les unes dans les autres, façon nid d’abeille. Et sur ces dizaines d’immeubles gigantesques, des milliers de fenêtres d’appartements allumées. D’emblée, on se rendait compte de la différence avec Bangkok dont la plupart des buildings sont inhabités. Ce schéma se répétait sur des kilomètres… La densité de population y est l’une des plus importante au monde ? On veut bien le croire : 30 000 habitants au kilomètre carré avec des pics à 200 000 selon les quartiers.

HK-foule

En descendant du bus, on s’est retrouvés dans une foule jeune et branchée, il était autour de 19/20h je crois… Les néons dans tous les sens, des enseignes clignotantes, des passages piétons transformés en fleuves d’humains. Les jeunes Hong-Kongais dans leur trip : lèche-vitrine nocturne, fringues fashion, bouffe de rue. Ambiance euphorique de fin de semaine. On se sentait vraiment ailleurs.

HK-boullieEnsuite, on a rejoint notre auberge. Le YWCA. La chanson dit : ♪ It’s fun to stay at the YMCA ♪ . Ben c’est ça, le YWCA, c’est comme le YMCA mais à l’envers. Très vite on a quitté notre petite chambre marron et on a été gouter aux mets locaux. On voulait quelque chose de typique, populaire, avec plein de hong kongais qui parlent fort autour de nous et qui se descendent des Tsing-Tao à gogo. On l’a trouvé. Au menu : un bol de riz agrémenté de vagues bouts de trucs aux allures viandesques. Première déception culinaire d’une série que l’on a bien vite stoppée. C’est simple, à Hong Kong on a mangé : français, japonais, américain et même irlandais. Juste pour esquiver tous ces ragouts puants qui mijotaient dans les rues. Il parait pourtant que l’on mange très bien à Hong Kong… Dans les grands restaurants sans doute.

Ces odeurs tranchent avec les quartiers ultra modernes : de grandes avenues, de beaux parcs, des boutiques de produits de luxe made in Paris, plein, et des buildings immenses, partout, ils sont si nombreux qu’ils communiquent entre eux via des passerelles. Pour le fun on est entré dans un de ces buildings et on a essayé de se rendre le plus loin possible dans la ville sans jamais redescendre sur les trottoirs. On a pu marcher pendant une demi-heure comme ça !

Atypique, cette ville qui a poussé si rapidement. Encore marquée par la colonisation anglaise qui n’a officiellement cessé qu’en 1997, on y voit de vieux tramway serpenter dans les boulevards, au milieu des hommes d’affaires en costard et des bars à thés aux vertues quasi-magiques.

Les Hong-kongais sont assez difficiles à cerner… pas toujours commodes mais ils savent s’amuser. Hong Kong est aussi une ville où la culture, les antiquaires et les marchés aux oiseaux ont leur place. On semble ne jamais s’y ennuyer, même s’il est un peu compliqué d’y trouver ses repères au début.
Petit épilogue tout de même : au moment d’effectuer nos fameuses « formalités administratives », on s’est tout simplement fait jeter. Pas grave, ça nous a obligé à aller au Laos ensuite. On en reparlera.

HK-buildings

Pour le reste, comme d’hab, il y a les photos. Vous y découvrirez en vrac :
- L’île de Lamma, petit havre de paix orné d’une usine gigantesque digne de la série Lost
- Bruce Lee tout bronzé sur le walk of fame Hong Kongais
- Les lits aux formes originales des hotels dont les chambres ne sont disponibles qu’à partir de 22h car, voyez-vous, en journée elles sont louées à l’heure… humf (pour info, on dort très mal dans un lit rond)
- Un distributeur d’accessoires pour iphone dans le métro en cas d’urgence
- La spécialité sucrée Hong-kongaise : la mini-tartelette aux œufs (trop bonnes)
- Et plein d’autres trucs. Bon visionnage !